Nos acquisitions (achats, échanges et dons) au Centre de documentation

Découvrez ici nos nouveautés mensuelles, à consulter sur place (salle de lecture à votre disposition) ou, pour certains titres, à acquérir à la Boutique :

Contactez notre documentaliste pour un RDV, Julie van der Vrecken j.vandervrecken@leboisducazier.be

NOUVEAUTES DE MAI:

Léopold II : une vie à pas de géant

par Matthieu Longue.

Le 10 décembre 1865, le roi Léopold Ier s'éteint au château de Laeken. Comme le prévoit la Constitution, c'est le prince Léopold, duc de Brabant, qui succède à son père le 17 décembre. Un lourd et à la fois glorieux héritage pèse sur les épaules du prince héritier, alors âgé de trente ans. Méconnu du peuple, on le décrit comme taciturne, habité par d'extravagantes passions, plus fasciné par le vaste monde et l'urbanisme que par sa mission d'héritier de la couronne de Belgique. Et pourtant, ses contemporains se fourvoient, car le duc de Brabant place la fonction royale au-dessus de toute autre considération, lui accordant une importance capitale, un rôle messianique même. Léopold II, monarque à la fois admiré et décrié, régna de 1865 à 1909. Il va de soi que cette longue tranche de l'histoire de la Belgique ne put échapper aux grands bouleversements de son époque et se présente, encore aujourd'hui, comme rescapée et témoin d'événements incontournables et capitaux d'où émergent de grands noms aujourd'hui passés à la postérité. Outre l'allure publique du règne, certains aspects essentiels de la vie privée du roi, de son enfance, de son éducation, de sa vie conjugale tumultueuse ainsi que des us et coutumes en vigueur à la cour de Belgique sont dépeints dans le présent ouvrage. Comblant le vide laissé par l'absence d'une synthèse historique consacrée à la fois à la vie et au règne de Léopold II, l'auteur, manifestant un indéniable talent de conteur, propose de dresser un portrait succinct et précis du roi, de son action ainsi que des grandes questions de son temps.

NOUVEAUTES D'AVRIL:

Charleroi : Musée du Verre : collections permanentes : exposition de référence.

Les combats socialistes dans l'imagerie populaire : 1885-1940

par Éric Van Den Abeele ; Avant-propos de Pascal Delwit ; postface de Nicolas Baygert

Ce livre entend raconter une histoire, celle du mouvement ouvrier et des aspirations citoyennes au tournant du siècle, au moment de la création du Parti Ouvrier Belge, en 1885. En se basant sur une riche iconographie (affiches, cartes postales, tracts, presse, photos, documents originaux, etc.), l’auteur parcourt les grands idées qui ont agité la gauche entre 1885 et 1940, soit la période qui consacre tous les thèmes porteurs du socialisme (suffrage universel, antimilitarisme, émancipation des travailleurs, lutte pour les droits sociaux, égalité hommes-femmes, etc.).

La crise congolaise 1959-1960

par Jacques Vanderlinden.

Le 4 janvier 1959, des émeutes éclatent à Léopoldville, capitale du Congo belge. Elles marquent la fin de la colonisation belge en Afrique : dix huit mois après, le Congo accède à l'indépendance.

Résonnances profondes : portraits du monde ouvrier : des icônes et des hommes / Commissariat général

par Coraly Aliboni.

Catalogue d’exposition confrontant les portraits de travailleurs de la mine du peintre Alexandre-Louis Martin (Carnières, 1887 - Couillet, 1954), les photographies de mineurs réalisées en 2005 de Vincent Vincke et une installation d’images d’archives d’actualité.

1914-1918 : La Wallonie dans la Grande Guerre

par Mélanie Bost et Alain Colignon.

À partir d’un ensemble de photos prises tantôt par l’occupant tantôt par des photographes amateurs ou professionnels, « bien de chez nous », Alain Colignon et Mélanie Bost ont essayé de saisir les enjeux de ces années tragiques : l’invasion et les massacres allemands d’août 1914, la mise en place des autorités d’occupation et les politiques de gestion et d’exploitation des populations wallonnes, le quotidien du citoyen en butte aux pénuries de toutes sortes, à la présence d’une armée ennemie sur son sol et, plus généralement, à l’effritement progressif de son cadre de vie familier, alors que les combats continuent à faire rage à proximité. À la suite des ouvrages publiés dans la série « Villes en guerre » sur Bruxelles et Anvers, ce livre s’efforce de présenter, sur la base d’un patrimoine photographique original et de belle qualité, le vécu intime des Wallons au cours de la Première Guerre mondiale. En plaçant la focale sur les grandes villes (Liège, Charleroi, Namur, Mons…), les agglomérations industrielles (Borinage, Pays noir, Centre, Mouscron…) et les plus petites entités urbaines (Arlon, Huy, Wavre…), cette contribution présente de façon inédite une « Histoire des Wallons » confrontés aux aléas de la Grande Guerre.

Tous droits réservés | Réalisé par Charlotte Jeuniaux pour le Bois du Cazier