fbpx

Ouvert du mardi au dimanche | +32 71 88 08 56


Warning: A non-numeric value encountered in /data/sites/web/leboisducaziercom/www/wp-content/themes/vestige/imic-framework/imic-theme-functions.php on line 828

CONFÉRENCE “DE GASPERI & L’ACCORD BELGO-ITALIEN HOMME CONTRE CHARBON”

Dans le cadre du 75ème anniversaire de l'accord belgo-italien "Homme contre charbon"

Le Bois du Cazier organise une conférence exceptionnelle (en ligne) du professeur Giuseppe Tognon, président de la Fondation De Gasperi portant sur "De Gasperi et l'accord belgo-italien homme contre charbon", le 7 mai à 17h30.

Depuis 2018, le Bois du Cazier est labellisé par l’Union européenne. Ce label a pour objectif « la mise en valeur des biens culturels, monuments, sites naturels ou urbains et des lieux de mémoire, témoins de l'histoire et de l'héritage européen ». Nous le sommes car, suite à la tragédie du 8 août 1956, il y a 65 ans, la Communauté européenne du Charbon et de l’Acier (CECA) a créé un Organe permanent pour la sécurité au travail dans les mines, embryon de l’Europe sociale.

Avec la collaboration de

Nous avons rejoint une trentaine de sites labellisés dont la Casa De Gasperi dans le Trentin. Nous nous devions, avec elle, de revenir sur une page d’histoire commune entre l’Italie et la Belgique : l’accord « homme contre charbon » signé le 23 juin 1946. De Gasperi cumulait alors les deux charges de président du Conseil des ministres et de chef d'État ! En effet, suite au référendum des 2 et 3 juin 1946 qui donna 54 % des voix à la République, De Gasperi prit pour quelques semaines la tête de l'État.

EN PRATIQUE 

Réunion zoom en ligne le 7 mai de 17h30 à 19h30.
Cliquez sur le bouton ci-dessous pour vous inscrire.

Contexte historique

De gasperi : un des pères fondateurs de l'europe...

Depuis 2018, le Bois du Cazier est labellisé par l’Union européenne. Ce label a pour objectif « la mise en valeur des biens culturels, monuments, sites naturels ou urbains et des lieux de mémoire, témoins de l'histoire et de l'héritage européen ». Nous le sommes car, suite à la tragédie du 8 août 1956, il y a 65 ans, la Communauté européenne du Charbon et de l’Acier (CECA) a créé un Organe permanent pour la sécurité au travail dans les mines, embryon de l’Europe sociale.

Nous avons rejoints une trentaine de sites labellisés dont la Casa De Gasperi dans le Trentin. Nous nous devions, avec elle, de revenir sur une page d’histoire commune entre l’Italie et la Belgique : l’accord « homme contre charbon » signé le 23 juin 1946. De Gasperi cumulait alors les deux charges de président du Conseil des ministres et de chef d'État ! En effet, suite au référendum des 2 et 3 juin 1946 qui donna 54 % des voix à la République, De Gasperi prit pour quelques semaines la tête de l'État.

L'homme d'État

De Gasperi est resté président du Conseil jusqu’en 1953 et a donc joué un rôle de premier plan dans cette période capitale caractérisée par la réconciliation et la réorganisation politique de l'État italien, la reconstruction socio-économique, la recherche d'une nouvelle position internationale du pays en pleine guerre froide et par le début du processus d'intégration européenne.

À partir de 1951, le Gouvernement italien critique avec véhémence, par la bouche du sous-secrétaire d’État chargé de l’émigration, les conditions de logement des célibataires et surtout des familles en Belgique. Lors d’un voyage officiel en 1952, De Gasperi vient lui-même se rendre compte de la situation sans apparemment prendre toute la mesure de la situation réelle des travailleurs italiens.

L’année suivante, une série d’accidents miniers, qui font de nombreuses victimes parmi les Italiens, à Wasmes en janvier et à Ougrée- Marihaye, siège du Many (26 tués), le 24 octobre, provoquent de violentes réactions en Italie. Le 28 octobre 1953, l’Italie suspend pour la première fois l’envoi de mineurs vers la Belgique et institue une commission d’enquête sur la sécurité dans les mines. Mais à ce moment-là, De Gasperi n’est déjà plus président du Conseil.

C’est toute cette histoire controversée aujourd’hui qu’il nous appartient d’éclairer. Ce sera l’un des buts de la conférence donnée par Giuseppe Tognon, professeur d'histoire et de philosophie de l'éducation à l'Université LUMSA de Rome, et président de la Fondation Alcide De Gasperi. Il fut, sous le premier gouvernement Prodi (1996-1998), secrétaire d'État aux Universités et à la Recherche scientifique. Il est l’auteur entre autres de La Démocratie du Mérite, publié en français en 2016 aux éditions de la revue Conférence.

La Fondation De Gasperi

La Fondation Alcide De Gasperi est créée en 2007 par la Province autonome du Trentin et l'Institut Luigi Sturzo de Rome, du nom de cet ecclésiastique à l'origine de la démocratie- chrétienne. La Fondation De Gasperi mène des activités de recherche, de formation et de diffusion culturelle, visant à approfondir et à valoriser la figure du grand homme d'État.

À Pieve Tesino, ville natale de De Gasperi, la Fondation a créé le musée « Casa De Gasperi » dont l'enjeu est de préserver l'héritage politique de l’homme le plus célèbre de cette région frontalière. Sons, images, témoignages d'époque et installations sensorielles et multimédias modernes racontent une histoire qui fait de De Gasperi le témoin exceptionnel de toute une époque de l'Empire austro-hongrois à la République italienne.

Biographie de Giuseppe Thonon

Né en 1956, Giuseppe Tognon est professeur ordinaire de l’Histoire de l’éducation et de pédagogie générale à l’Université LUMSA de Rome.

De 1984 à 1990, il a travaillé auprès du Lexique intellectuel européen, Centre du Conseil National des Recherches sous la direction du professeur Tullio Gregory.

Il a enseigné auprès des Universités de Venise, Pise, Aoste, Rome et Paris (ICP).

De 1998 à 2007, il a été président du Cours de la Licence en Sciences de la Formation primaire de LUMSA où il est coordinateur du doctorat de recherche internationale en « Théorie, histoire et méthodes d’éducation ».

Il a été Sous-Secrétaire d’Etat pour la Recherche scientifique et technologique dans le Gouvernement Prodi (1996-1998) et conseiller pour la Politique scientifique auprès de la Présidence du Conseil des ministres en 2006-2007.

Depuis 2008, il est Président de la Fondation Alcide De Gasperi.